Articles

Pour garantir à vos apprenants des contenus faciles à assimiler, la densité, mais aussi la syntaxe du texte pédagogique est déterminante. La manière dont les mots sont disposés dans la phrase a une influence majeure sur la lisibilité, la clarté et la facilité de lecture d’un texte pédagogique.

Voici 3 erreurs de syntaxes à ne pas commettre lorsque vous rédigez des textes pédagogiques.

1. les structures enchâssées

Pour faciliter la compréhension d’un texte, la syntaxe doit éviter les structures enchâssées, c’est à dire les propositions relatives en surnombre.

Ex : Ce X qui est un type Y qui se trouve en A dans le cas où Z ….

2. les raisonnements qui vont du particulier au général

A proscrire également, les raisonnements qui vont du particulier au général. Présentés dans cet ordre, ils ont tendance a être plus difficiles à assimiler.

Ex : Les lymphocytes B sont des globules blancs, qui sont des cellules qui défendent l’organisme, qui sont produites dans la moelle osseuse, se trouve…

Il est au contraire préférable d’aller du général au particulier et de respecter l’ordre chronologique du procédé que l’on explicite. Cela permet à l’apprenant de mieux cerner les relations naturelles entre les éléments.

Ex : La moelle osseuse produit des cellules de défense de l’organisme : les globules blancs.
Les lymphocytes B sont un types de globules blancs
.

3. les combinaisons négations et verbes négatifs

A éviter aussi, les phrases qui combinent négations et verbes négatifs…

Ex : Il ne faut pas éviter de revenir sur les tentatives d’accord qui ont échouées…

Tips LALAMEDIA

Chaque phrase doit être compréhensible à la première lecture. Si l’équipe pédagogique doit relire une phrase pour en comprendre le sens, les apprenants buteront certainement aussi dessus ! C’est le signe que vous devez revoir la syntaxe de votre texte pédagogique.

Une des premières préoccupations du concepteur pédagogique est la lisibilité, la clarté, et la facilité de lecture des textes pédagogiques, qu’ils soient écrits ou oraux. Si à la première lecture, l’impression du relecteur – nécessairement subjective – est souvent révélatrice de la qualité du texte lu, il est également nécessaire d’employer une véritable méthode de relecture basée sur une analyse objective du texte.

Comment peut-on définir un texte pédagogique «  trop compliqué » ?

Les sciences du langage fournissent des outils d’analyse du sens et de la syntaxe, et même de la qualité de la diction du texte pédagogique.

La densité sémantique d’un texte pédagogique

Un texte « dense » fait appel à de nombreuses notions spécialisées ; plusieurs mots par phrase sont empruntés à un vocabulaire professionnel ou propre à une discipline. Ce type de texte est facilement lu et compris par l’apprenant si ce vocabulaire a été parfaitement et solidement acquis : en d’autres termes, si aucun effort de mémoire excessif n’est nécessaire pour se rappeler de son sens. La lecture peut donc rester fluide et l’attention concentrée sur le fond.

En revanche, lorsque ce vocabulaire est fragile (acquis récemment), un effort de mémoire est nécessaire.  Cet effort peut constituer un excellent outil exercice pédagogique, mais il rend la lecture moins efficace, car il interrompt son fil.

Il faut donc être vigilant et ne pas cumuler ces éléments de vocabulaire dans la même phrase, afin de ne pas saturer les capacités cognitives de l’apprenant… ni le décourager.

Mais écrire simplement ne signifie pas appauvrir le texte et réduire l’étendu du vocabulaire au strict minimum. Les éléments de vocabulaire qui correspondent au sujet étudié sont au contraire les bienvenus car ils sont indispensables à l’apprentissage, mais ils doivent être utilisés avec soin.

Il est également essentiel de ne pas utiliser des mots spécialisés d’un domaine d’étude étranger à celui du module, car on imposerait à l’apprenant une difficulté superflue qui va desservir le but pédagogique premier.

Voir à ce sujet les principes de Mayers, qui a montré que l’introduction d’éléments de sens éloignés de l’objet du module pédagogique dessert l’apprentissage.  

Éviter les répétitions

La redondance des éléments, loin de simplifier le texte, diminue l’attention de l’apprenant et l’incite à sauter des lignes…

Etre clair ne signifie pas répéter les mêmes informations à l’envie ! Au contraire, chaque phrase doit véhiculer une idée ; de cette manière, on conserve l’attention de l’apprenant.

La répétition présente en revanche un intérêt pédagogique lorsqu’elle intervient à des moments clés tels que la synthèse, le feed-back, etc.

Tips LALAMEDIA

Un texte doit toujours être relu par une personne du même niveau que l’apprenant. Il est impossible pour les experts de cerner eux-mêmes la difficulté que peut poser un texte pour un néophyte.