Concepteurs pédagogiques, ingénieurs pédagogiques, responsables formations … Nous avons tous été confrontés un jour à ces questions : Comment évaluer mes apprenants ? Pourquoi ? Avec quels outils ?

L’évaluation des apprenants repose sur la notion de résultats attendus et est souvent appréhendée de façon dichotomique : évaluation sommative et évaluation formative.

L’évaluation sommative

L’évaluation sommative a pour objectif de mesurer les acquis des apprenants. Cette modalité peut être utilisée en amont ou en aval de la formation.

 

En amont, elle peut servir à mesurer les prérequis des apprenants, afin de leur proposer un parcours de formation correspondant à leur niveau. Elle devient alors un outil pour définir différents profils d’apprenants et adapter la formation en conséquence.

 

L’évaluation sommative à la suite d’une formation permet quant à elle de mesurer et de certifier les apprentissages réalisés par les apprenants et par extension d’évaluer le dispositif de formation. En effet, la mesure des apprentissages des apprenants correspond au niveau 2 du modèle de Kirckpatrick. Les résultats obtenus aux évaluations sommatives sont généralement partagés avec un tiers pour attester du niveau acquis à la suite d’une formation.

 

Les outils numériques actuels permettent de faciliter la conception et le déploiement de questionnaires d’évaluation sommative en ligne.

Vous pouvez par exemple choisir de limiter votre questionnaire dans le temps, sur deux aspects :

  • Définir une date limite avant laquelle l’apprenant doit répondre au questionnaire, sans quoi il ne pourra plus y accéder.
  • Définir une durée limitée pendant laquelle l’apprenant devra répondre aux questions, sans quoi il ne pourra plus y répondre.

Vous pouvez également choisir de créer une base de questions, qui générera de façon aléatoire différents questionnaires. Pour des raisons d’équité entre les apprenants, les questions peuvent être classées par niveaux de difficulté. Ainsi, vous pouvez décider par exemple que chaque apprenant devra répondre à, de façon aléatoire, 10 questions difficiles, 20 questions moyennement difficiles et 10 questions simples. Vous pourrez également utiliser la même base de questions pour générer des questionnaires destinés à des groupes de différents niveaux, en paramétrant les niveaux de difficulté des questions.

 

L’évaluation formative

L’évaluation formative a pour objectif de mesurer la différence entre les acquis actuels de l’apprenant et le niveau d’acquisition à atteindre et de lui apporter une aide pour remédier à cette différence.

 

Tout comme l’évaluation sommative, lorsqu’elle est utilisée en amont de la formation, elle a une fonction diagnostic. Ce qui la distingue de celle-ci, c’est qu’elle a également une fonction de remédiation. L’objectif principal de l’évaluation formative étant d’améliorer l’apprentissage en s’appuyant sur cette remédiation.

 

Elle peut être utilisée en amont de la formation, pour obtenir un « effet teaser ». Son utilisation est aussi possible pendant la formation, pour les raisons déjà évoquées. Ou en aval de la formation, pour continuer à se tester et à apprendre.

 

Les outils numériques actuels permettent évidemment pour un questionnaire d’évaluation formative en ligne d’apporter feedback plus ou moins enrichi  à l’apprenant et d’expliquer les réponses attendues et de consolider les apprentissages de l’apprenant.

Mais ils permettent également de personnaliser ces feedbacks en fonction des réponses de l’apprenant. S’il répond « A et C », il aura tel feedback, s’il répond uniquement « A » il aura un autre feedback … etc.

Vous pouvez même proposer une évaluation à plusieurs scénarios, c’est-à-dire qu’en fonction des réponses données par l’apprenant, l’histoire racontée varie et par extension les questions aussi. Cela permet de contextualiser les questions et d’illustrer pour l’apprenant la conséquence de ses choix.

Conclusion

Qu’on parle d’évaluation sommative ou formative, celle-ci doit toujours être rattachée aux objectifs pédagogiques car son objectif est bien en premier lieu d’en mesurer leur atteinte.

Et si nous pouvions aller plus loin et envisager l’évaluation non plus seulement comme un moyen de mesure, de diagnostic et de remédiation mais également comme moteur d’apprentissage ?

Prochain article : L’évaluation peut-elle être moteur d’apprentissage ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *