5 indicateurs à suivre pour calculer le ROI d’une formation digitale.

En complément de l’article comment évaluer le ROI de votre digital learning , nous vous proposons 5 indicateurs intéressants pour vous aider dans le calcul du ROI de vos formations digitales.

Comment déterminer le retour sur investissement du digital learning

Définir le ROI de la formation en ligne consiste à déterminer si les résultats obtenus justifient l’investissement financier réalisé.

La réalisation et le déploiement d’un programme de formation en ligne, même pour des projets digital learning de moindre envergure, représentent un investissement important. Mais quelle que soit votre définition d’une formation réussie, les formations digitales ne sont utiles que si elles permettent de développer les résultats de l’entreprise.

Voici 5 datas à collecter pour affiner le calcul du retour sur investissement d’une formation digitale.

1. Paramètres LMS

Les rapports et analyses que permettent les plateformes LMS vous donnent un aperçu complet de l’ensemble de votre programme de formation en ligne.

Grâce aux données fournies par les plateformes LMS, vous pouvez voir comment les apprenants en entreprise progressent. Vous pouvez également suivre leurs certifications et leurs connaissances sur les thématiques abordées. Les LMS permettent aussi de recueillir les feedbacks des apprenants qui vous aideront à améliorer continuellement votre stratégie de formation en ligne.

Les statistiques fournies par les plateformes LMS sont nécessaires pour déterminer le véritable retour sur investissement du digital learning. Par exemple, votre module de formation en ligne sur la négociation et la vente a un faible taux de participation, il ne peut donc pas contribuer efficacement à l’amélioration des pratiques commerciales de l’entreprise. Ce module de formation en ligne ne remplit pas ses objectifs et consomme des ressources sans les rentabiliser.

Grâce aux informations fournies par votre LMS, vous pouvez identifier les modules ou les contenus répondants aux attentes des apprenants et ceux qui doivent être supprimés ou réévalués.

2. Application dans le monde réel

Outre les informations statistiques fournies par le LMS, une analyse qualitative est également essentielle. Il s’agit de confirmer si les apprenants sont capables d’appliquer au quotidien les connaissances qu’ils ont acquises en formation.

Une formation en ligne efficace doit faciliter la rétention et l’assimilation des connaissances. Les apprenants en entreprise doivent disposer des ressources de formation en ligne dont ils ont besoin pour mettre leurs compétences en pratique et atteindre leurs objectifs. C’est ce qui va rendre l’effort de formation rentable.

L’une des meilleures façons d’évaluer l’application des connaissances en situation réelle est de recourir à des simulations et à des scénarios de formation en ligne. Ils vont faire appel à l’expérience et au savoir-faire des apprenants pour prendre les bonnes décisions et atteindre l’objectif attendu.

Sur la base des résultats obtenus, vous serez en mesure d’évaluer la pertinence de la formation et de valider qu’elle permet de renforcer les compétences et les connaissances visées.

3. Temps consacré à la formation en ligne

Évidemment, le temps que les apprenants consacrent à leur formation pourrait être utilisé à des activités plus directement productrices de valeur pour l’entreprise. Donc comptablement, moins l’apprenant passe de temps à suivre la formation, meilleur sera le ROI.

Le temps de formation doit être rapporté aux progrès réalisés par les apprenants, en particulier s’ils permettent d’améliorer le chiffre d’affaires ou l’efficacité du collaborateur.

4. Satisfaction des apprenants

Un apprenant satisfait est un apprenant qui continuera à se former régulièrement et à monter en compétence.

La satisfaction de l’apprenant joue donc un rôle essentiel dans le ROI de la formation. Plus vos collaborateurs seront satisfaits par l’expérience apprenant qu’il leur est proposée, plus ils seront enclins à s’impliquer dans leur parcours de formation en ligne. Par conséquent, les bénéfices de la formation et la mise en application seront bien meilleurs.

Mesurer la satisfaction des apprenants est un facteur important du ROI d’une formation puisqu’il permet de prendre en compte le facteur humain. Des évaluations favorables signifient généralement que l’investissement est pertinent et que la formation est efficace et nécessaire. A contrario, les opinions négatives indiquent que la formation en ligne pourrait avoir besoin d’être optimisée ou réorientée.

5. Coût par rapport au résultat

L’un des moyens les plus directs de déterminer le ROI du digital learning est de mesurer les coûts par rapport aux résultats.

Vous avez investi un certain budget et du temps pour la réalisation de vos parcours de formation en ligne. Mais ont-ils atteint leurs objectifs ?

Pour répondre à cette question, vous devez d’abord élaborer des critères d’évaluation. Comment allez-vous mesurer le succès ? Combien de temps faut-il pour que la formation en ligne soit déployée et soit suivie d’effet ?

Définissez précisément les bénéfices attendus : croissance de chiffres d’affaires, augmentation de la productivité… et mettez-les en perspective des coûts totaux de développement, de déploiements et de tous les frais annexes nécessaires la réalisation de la formation en ligne.

A lire : Comment évaluer le ROI de votre digital learning

Chacune de ces techniques de calcul de ROI constitue une pièce du puzzle. Elles vous aident à identifier les points d’amélioration ou d’optimisation de votre stratégie digital learning.

Il est tout à fait possible d’envisager d’utiliser chacune de ces approches pour vous permettre d’avoir une vue d’ensemble du ROI de vos formation en ligne.

Par exemple, les mesures de satisfaction vous donnent une indication claire de la façon dont les apprenants de votre entreprise pensent et ressentent leur formation en ligne. Mais les données fournies par votre LMS ou le temps consacré à la formation constituent aussi des données nécessaires pour vous permettre de mener une analyse complète et de fixer des objectifs mesurables à vos formation en ligne.

9 questions essentielles à traiter au lancement d’un projet digital learning

Le démarrage d’un projet est crucial. Les réunions de kick-off doivent permettre de dissiper tous les doutes, de clarifier les points encore flous et de limiter les risques de changements de périmètre du projet, de modification des échéances, ou d‘évolution du contenu.

Voici 9 points essentiels à aborder qui permettront de lancer le projet avec la meilleure feuille de route possible et d’anticiper les éventuelles difficultés qui pourront surgir au cours de la réalisation du digital learning.

 

Lancement de projet digital learning : la check-list indispensable pour bien démarrer.

1. Qu’est-ce qui motive ce projet ?

Pour assurer de la réussite d’un projet digital learning, il est indispensable d’identifier les facteurs clés de succès de celui-ci.

Pour cela, il faut commencer par identifier précisément les tenants et les aboutissants de la formation. A qui s’adresse-t-elle, quel est le contexte, quels sont les objectifs opérationnels… Ce projet de digital learning s’inscrit-il dans un cadre plus large qui englobe d’autres formations, des actions de communications, des événements particuliers. Si oui, comment collaborer avec les autres équipes pour assurer la cohérence des messages ?

L’objectif de cette première partie est de précisément situer le projet dans son environnement et les impératifs de cohérence ou de coordination inhérents.

2. Quel niveau de maîtrise l’apprenant doit-il atteindre ?

La plupart des projets de digital learning sont décidés pour permettre à des apprenants d’acquérir de nouvelles compétences et nécessite la mise en œuvre d’une formation dédiée.

Le kick-off du projet est l’occasion de bien expliciter quel niveau de connaissance ou de maîtrise les apprenants doivent atteindre. Pour cela n’hésitez pas à faire intervenir un expert métier qui permettra d’examiner en profondeur quelles attitudes, connaissances et compétences spécifiques il est nécessaire d’acquérir pour atteindre l’objectif final de la formation.

Là encore le contexte a son importante : quelle place tient l’objet de la formation dans le quotidien de l’apprenant ? De quels outils ou ressources disposent-ils aujourd’hui pour les aider ? Qu’est ce qui ne fonctionne pas bien ?

C’est en ayant une vision réaliste et exhaustive de la situation de départ et en comprenant parfaitement le niveau attendu que l’on peut concevoir une formation réellement efficace.

3. Quels sont les besoins de la cible en matière de pédagogie, de format et de support ?

Afin d’imaginer le format ou l’approche qui permettra au digital learning de remplir ses objectifs, il est évidemment essentiel de savoir quel type de formation a déjà été proposé à cette cible d’apprenant, ce qui a fonctionné, ce qui a moins bien fonctionné etc.

Premièrement, quelles sont les cibles primaires et secondaires ? De combien de temps disposent-elles pour suivre ce digital learning ?

Quel impact a cette formation sur leur journée de travail, leur organisation et le fonctionnement de l’entreprise ?

Comment peut-on minimiser les impacts négatifs ou contraignants, s’il y en a ? Quelles technologies et quels outils peuvent-ils utiliser pour accéder à la formation ? De quel soutien à la performance ont-ils besoin ?

Il s’agit de bien comprendre comment et dans quelles conditions l’apprenant pourra suivre cette formation pour lui proposer une expérience de formation parfaitement adaptée, pertinente et conforme à ses attentes.

4. Quelles sont les ressources de la formation attendues ?

La plupart des lancements de projets digital learning sont centrés autour de cette question, il n’est donc probablement pas nécessaire de détailler particulièrement ce point.

Il s’agit de faire le point sur le nombre de ressources d’apprentissage attendus, les contraintes de durées, de découpage etc.

Cette partie permet en particulier d’évaluer et programmer le plus précisément possible la durée de production du projet.

5. Quelle est l’approche privilégiée en matière de développement de la formation ?

Les méthodes de travail peuvent différer selon les projets. Approche de développement linéaire ou méthodologie itérative, il est nécessaire de se mettre d’accord dès le lancement.

Profitez également de cette réunion de démarrage pour lister l’ensemble des ressources pédagogiques pour lesquelles vous attendez un prototype, et définissez un calendrier de validation avec l’ensemble des parties-prenantes du projet.

Enfin, réunissez l’ensemble des chartes, guides graphiques, modèles, et ressources visuelles qui seront nécessaires a la réalisation du digital learning.

6. D’où provient le contenu de la formation ?

La qualité et l’efficacité des programmes de formation reposent évidemment sur le contenu pédagogique.

Par conséquent, lors du lancement du projet, il est nécessaire de faire un état des lieux du contenu pédagogique existant. D’où provient-il ? Comment peut-on tirer parti des ressources existantes ? Est-il complet ou faut-il l’enrichir ou l’adapter pour répondre aux objectifs spécifiques de la formation attendue ?

Quelle est la probabilité que ce contenu évolue (nouvelle réglementation, évolution des procédures, des outils, des technologies…) et comment ces changements devront-ils être traités ?

7. Quelles technologies et quels outils sont à la disposition des apprenants ?

Qu’il s’agisse d’une formation 100 % digitale, blended ou en salle, le support et la technologie utilisés font évidemment partie de l’équation.

Il est donc nécessaire d’envisager dès la réunion de kick-off les spécifications techniques à prendre en compte, les LMS à utiliser, le moyen de diffusion du digital learning, les outils disponibles pour les apprenants, les animateurs et sur le lieu de formation.

Il est également nécessaire de lister l’ensemble des limitations et contraintes ; par exemple la taille des fichiers, l’utilisation de l’audio, du streaming vidéo, les possibilités d’interactivité…

8. Qui fait partie du projet et quels sont leurs rôles ?

Les protagoniste clés d’un projet sont généralement présents lors de la réunion de lancement, mais il arrive fréquemment que les parties-prenantes « secondaires » (service juridique, communication corporate, service informatique…) entrent plus tard dans le projet et remettent en cause certains points, ou ralentissent les processus de validation.

Au cours du kick-off, il s’agit d’identifier l’ensemble des personnes ou services qui peuvent influencer le projet, déclencher des changements importants dans la conception ou le contenu afin de les impliquer plus tôt.

Profitez également de cette réunion de démarrage pour définir les points de passage, à quelle fréquence l’équipe projet doit se réunir, comment communiquer, qui sont les interlocuteurs privilégiés etc.

9. Sommes-nous sur la bonne voie ?

Après avoir balayé l’ensemble de ces thèmes, recueilli les informations indispensables au démarrage du projet et identifier les contraintes et les difficultés éventuelles, ne clôturez pas cette réunion sans vous assurer que le projet est sur les bons rails.

Vérifiez et confirmez avec l’ensemble des participants qu’il n’y a pas de doute, de réticence ou d’objection et que la solution et les orientations envisagées sont bien les plus pertinentes et les plus adaptée.

Prêt à lancer un projet digital learning ? N’hésitez pas à nous contacter, vous savez déjà quelles questions nous allons vous poser ;-)

 

Pour aller plus loin et préparer le lancement de votre projet digital, téléchargez notre modèle de note de cadrage.

Modèle de note de cadrage