Concepteur pédagogique

Le concepteur pédagogique, ou ingénieur pédagogique e-learning, comme son nom l’indique, conçoit des modules de formation distanciels sur-mesure à destination de tous types d’apprenants (enfants, adolescents, adultes) et de profils.  

Concrètement, sur la base de contenus bruts confiés par le commanditaire, le concepteur imagine et conçoit le dispositif. Cela nécessite de passer par plusieurs étapes très variées. Nous vous proposons de découvrir le processus de conception chez LALAMEDIA dans la suite de l’article    

Les missions du concepteur pédagogique  

Les missions du concepteur pédagogique sont multiples et nécessitent une organisation  et une méthodologie rigoureuse. Chez LALAMEDIA, on ne propose que des formations sur-mesure et non sur étagère (“prêtes à l’emploi”). Aussi, le “processus de fabrication” est adapté à chaque projet. 

Voici donc les 6 étapes clés ponctuant le travail du concepteur chez LALAMEDIA. 

Étape 1 : Démarrage du projet

Lors de la réunion de lancement, le concepteur pédagogique a pour rôle d’effectuer une analyse préalable du projet de formation en concertation avec le commanditaire. Ce dernier peut être ou non l’expert-métier, c’est-à-dire le spécialiste du contenu. Il est, quoi qu’il en soit, indispensable d’avoir au moins un interlocuteur qui maîtrise la thématique de la formation et un autre qui connait les besoins des apprenants, pour mener à bien le projet. C’est lors de cette étape de démarrage que sera posé le cadre du projet de formation et que seront stipulés les objectifs pédagogiques.

Afin de les définir, il faut au préalable avoir récolté les besoins des apprenants auprès du commanditaire, ou dans certains cas l’aider à les identifier. Si tout est déjà clair du côté du commanditaire, il est possible d’évoquer à ce stade le nombre de modules souhaités et leur durée. Cet échange est essentiel pour que le concepteur pédagogique ait toutes les clés en main afin d’entamer sereinement l’étape 2, aux côtés de l’expert métier.  

Étape 2  : Conception générale

C’est le moment de rentrer davantage dans le concret ! Après avoir dessiné les contours du projet de formation, il est temps de choisir ou valider l’approche et les stratégies pédagogiques, la ligne éditoriale, l’articulation des contenus ou encore les méthodes d’évaluation. Le concepteur s’appuie sur différentes données (notamment les neurosciences, la psychologie cognitive, la recherche sur l’apprentissage) pour être en mesure de proposer les meilleures stratégies d’apprentissage.

Cette étape permet de structurer et de préciser le format des ressources (vidéos, animations, textes…), ainsi que, le cas échéant, le storytelling (le fil rouge – l’histoire par laquelle est véhiculée l’apprentissage).  Le concepteur accompagne également le commanditaire et/ou l’expert-métier dans la définition du nombre de modules et de leur durée. Tous ces éléments ont pour but de répondre aux objectifs pédagogiques qui auront été formalisés et ainsi de servir l’apprenant dans son apprentissage. 

C’est aussi à l’expert-métier de transmettre et d’expliquer, le cas échéant, la fameuse matière : celle qui servira à constituer le contenu de la ressource e-learning. Elle prend généralement la forme de présentations textes avec incrustations de schémas et autres illustrations. Il appartient à l’ingénieur pédagogique d’aider l’expert à sélectionner les éléments qui doivent apparaître dans le module. Il arrive en effet que le « syndrome de l’expert » se fasse ressentir : celui-ci ressentant le besoin de vouloir « tout dire », or une définition ou une explication concise et claire sera toujours plus impactante pour l’apprenant.  

Étape 3 : Conception détaillée

Les dés sont jetés, le découpage et la structure des modules sont définis, place à la conception détaillée ! Cette étape est celle de l’écriture du storyboard. Comme au cinéma, le storyboard est comparable à une maquette représentant les écrans du module et le détail de tout ce qu’ils contiennent : scripts des voix-off ou des vidéos, titres, animations et même la navigation. Chez LALAMEDIA, on utilise le format Powerpoint mais la rédaction du storyboard peut se faire sur d’autres supports : document Word ou Excel par exemple.
C’est souvent l’étape préférée des concepteurs pédagogiques et la plus amusante. Elle laisse libre court à la créativité de chacun, dans la limite des consignes du client…  

Étape 4 : Echanges et validation du storyboard

L’échange avec le commanditaire et/ou l’expert-métier fait partie intégrante des missions du concepteur pédagogique chez LALAMEDIA puisque c’est son interlocuteur privilégié sur tout ce qui touche à la pédagogie.

Ainsi, lorsque la conception détaillée est achevée, le storyboard lui est livré. Une relecture attentive doit être réalisée afin de vérifier et valider le contenu, la structure et les éléments qui apparaîtront à chaque écran ainsi que les scripts (pour pouvoir faire enregistrer les voix-off notamment ou tourner des vidéos). Si des modifications sont nécessaires, un voire deux allers-retours paraissent raisonnables. Ces échanges sont essentiels car certains retours ne peuvent être faits qu’au moment de la conception détaillée : changer tout un script ou reconstruire un écran par exemple. C’est donc une phase à ne pas sous-estimer ! 

Étape 5 : Passage en production

La création d’une ressource e-learning s’apparente à la construction d’une maison : il faut concevoir les plans (phase de conception) puis bâtir le bien (phase de production).

Chez LALAMEDIA, les rôles sont bien définis : le concepteur se charge, outre la phase de conception, de la relation client sur toutes les phases du projet. 

Une fois le storyboard achevé, c’est donc l’équipe de production qui prend le relais : une passation s’opère alors entre le concepteur et le réalisateur multimédia, qui va « donner vie » au storyboard grâce à sa parfaite maîtrise de l’outil auteur employé pour le projet.  

Conception et Production travaillent en étroite collaboration. Un vrai travail d’équipe ! Dans le cas où des tournages pour des captations vidéos ont lieu, le concepteur doit assister le réalisateur en étant notamment garant du respect des scripts.

Une fois le module produit, le concepteur a encore une mission : le recetter (aspects technique, ergonomique, contenu, navigation…) pour vérifier que celui-ci est bien conforme au storyboard. S’en suit naturellement l’envoi au commanditaire pour recette et validation finales. 

Etape 6 : Recettes et validation finale 

Le module produit, testé et validé en interne, est maintenant livré au commanditaire. Celui-ci peut le faire tester par plusieurs personnes, notamment sollicitées à ce stade uniquement pour porter un œil neuf et objectif sur le module.

A cette étape, le commanditaire et son équipe de testeurs doivent surtout porter leur attention sur les aspects techniques plus que sur le contenu même puisque celui-ci a déjà été validé au préalable. Entre le storyboard et le module produit, des différences d’illustrations ou d’animations peuvent exister : un pictogramme différent ou une photo autre que celle initialement choisie pour obtenir une meilleure résolution. Les demandes de modifications sont alors bien entendu possibles. 

Naturellement, il arrive que des changements, la plupart du temps mineurs, soient nécessaires concernant d’autres aspects du module. C’est pourquoi chez LALAMEDIA, avant tout enregistrement des voix-off par un acteur, nous faisons généralement produire les modules sans voix-off ou avec une voix-off de synthèse. Ainsi, il est encore temps de changer un mot ou reformuler une phrase.

Un aller-retour est donc souvent nécessaire à ce stade et une fois les voix-off enregistrées et les derniers correctifs appliqués, le module peut être livré définitivement !  

QUEL PROFIL POUR UN CONCEPTEUR PEDAGOGIQUE ?

Diverses formations, universitaires ou non, existent et conduisent au métier de concepteur pédagogique. Elles sont spécialisées en digital learning ou encore en sciences humaines et sociales ou cognitives. 

Chez LALAMEDIA, nos concepteurs sont issus de formations variées telles que les sciences cognitives, la chimie ou encore l’enseignement en présentiel.  

Le profil type n’existe donc pas ; il faut une appétence pour la formation en distanciel, de la pédagogie et un savant mélange de compétences agrémentées de touches personnelles.  

Vous savez désormais tout sur le métier de concepteur pédagogique !

Riche, intellectuellement stimulant, rempli de missions variées et « challengeantes », les qualificatifs ne manquent pas pour décrire ce poste, souvent méconnu du grand public.

Le concepteur travaille d’arrache-pied pour garantir le succès du projet et assurer à l’apprenant une expérience d’apprentissage personnalisée, ludique et riche. 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.