MOBILE LEARNING MEETING 2019 :
ce qu’il ne fallait pas louper !

Pour la première fois, LALAMEDIA était invité au Mobile Learning Meeting organisé par ILDI. L’événement a été l’occasion pour nous de présenter en 5 minutes chrono un cas client.

AFPA  : formation métier certifiante

Le défi  ? Digitaliser 20 % des ressources pédagogiques existantes sur un parcours certifiant d’une durée initiale de 6 semaines.

Découvrez le cas client en vidéo.

Avantages et contraintes du Mobile Learning

75 % des Français possèdent un smartphone

Autorité de régulation des télécoms (Arcep) – Décembre 2018

L’utilisation du smartphone en France est en hausse et s’intensifie. Son usage fait aujourd’hui partie des gestes du quotidien. Cela n’a évidemment pas échappé aux responsables formation qui s’appuient de plus en plus sur ces devices pour déployer leurs parcours en entreprise.

Quels sont les avantages du mobile learning  ?

Développer un parcours de formation m-learning, c’est évidemment choisir de s’appuyer sur les bénéfices pédagogiques et les spécificités d’usage du mobile learning.

Disponible partout, tout le temps

Smartphones et tablettes permettent de rester connecter partout, tout le temps. En effet, le mobile learning fait tomber les contraintes géographiques et temporelles en permettant aux apprenants d’accéder au contenu de formation quelles que soient la localisation et l’heure.

Commercial sur le terrain entre deux rendez-vous, comptable dans le métro, vendeur en point de vente, chacun peut accéder à son contenu de formation quand et où il en a besoin.

Des contenus variés

Le mobile learning permet de proposer une grande variété de contenus ou de média et offre de multiples approches pédagogiques. Ainsi Il permet de répondre à tous les besoins de formation en entreprise  :

  • Soft skills et compétences transversales ou comportementales
  • Compétences métiers et savoir-faire techniques
  • Processus internes et procédures
  • Onboarding de nouveaux collaborateurs…

Le mobile learning permet d’articuler un parcours digital complet, mais s’intègre aussi très bien dans une approche blended learning.

Bref, le m-learning sait tout faire  !

Des apprenants engagés

Les modules mobile learning stimulent l’apprenant et favorisent son engagement tout au long du parcours de formation. En permettant d’embarquer des jeux, des quiz, des énigmes dans sa poche, le m-learning offre une dimension ludique et attractive particulièrement efficace en ice-breaker, pour maintenir l’intérêt de l’apprenant ou lors de phase de validation des connaissances entre deux formations présentielles.

Simple d’accès, souvent ludique, le mobile learning plait aux apprenants  !

Des Formations «  on-the-go  »

Toujours disponibles, et à portée de main, le mobile learning permet aux apprenants de disposer au bon moment des contenus dont ils ont besoin  :

  • Vérifier les caractéristiques d’une nouvelle gamme avant un rendez-vous client,
  • Revoir une procédure avant de l’appliquer,
  • Re-parcourir les bonnes pratiques pour accueillir un client en boutique…

Pouvoir recourir aux contenus de formation juste au moment de sa mise en pratique garanti une meilleure assimilation des connaissances et une application plus rapide.

Quels sont les contraintes du mobile learning  ?

L’apprentissage mobile présente également quelques contraintes à prendre en compte dès la rédaction du cahier des charges du projet.

Garantir la compatibilité

L’offre des devices mobiles est de plus en plus large et en évolution constante. En parallèle, les mises à jour et nouvelles versions d’OS se multiplient. Par conséquent, la conception de contenus mobile learning doit prendre en compte cette diversité de configurations possibles et garantir la compatibilité des formations et leur disponibilité sur tous les supports mobiles ciblés.

Contraintes techniques

La disponibilité d’un contenu mobile learning repose également sur les performances intrinséques au device  : son autonomie, sa connexion, son état.

Si les apprenants disposent de smartphone vieillissants ou abimés, l’utilisation du contenu mobile learning peut être difficile voire impossible.

Les problématiques de connexion (Zone blanche ou wifi indisponible) peuvent être contournées en permettant le fonctionnement off-line du module m-learning.

Ces contraintes doivent être prise en compte dès le démarrage du projet pour être intégrées au cahier des charges.

Distraction / Divertissement

Le Smartphone constitue un formidable support de formation, mais il est aussi une source importante de distraction pour l’apprenant  : jeux, news, réseaux sociaux…

L’attention de l’apprenant peut également être détournée par un appel ou une notification.

Il est donc essentiel de rendre le mobile learning le plus attrayant possible, ludique et privilégier les formats courts pour inciter l’apprenant à se reconnecter à sa formation.

Le mobile learning est un support de formation convaincant parce qu’il correspond aux usages et aux attentes des collaborateurs pour développer leurs compétences. Le m-learning permet de répondre à des besoins de formation très variés et présente des performances pédagogiques et de rétention très intéressantes.

Toutefois, la mise en œuvre de ces parcours de formation nécessite de prendre en compte les contraintes techniques inhérentes à l’utilisation d’un smartphone et d’une tablette.

Vous souhaitez en savoir plus sur le Mobile Learning et ses bonnes pratiques : nos experts sont à votre disposition.

Digital learning : un levier pour préparer les collaborateurs à l’avènement de l’automatisation et la robotisation ?

Au regard du nombre de requête Google autour de l’automatisation des tâches et des conséquences sur l’emploi, le sujet suscite de l’intérêt et fait l’objet de nombreuses études. 

L’une de ces études avancent des prévisions fortes à l’échelle européenne :

  •  47 % des futurs emplois présentent un risque d’automatisation,1
  •  35 % des emplois actuels seront remplacés par des Intelligences Artificielles ou des robots.1

La société ainsi que nos méthodes de travail vont évoluer avec les avancées technologiques qui révolutionnent l’industrie. Reste à savoir si cette automatisation provoquera une augmentation du chômage ou offrira de nouvelles opportunités.

L’ère du numérique favorise l’augmentation des emplois…

L’essor des nouvelles technologies va créer de nouveaux métiers et faciliter le développement de marchés émergeants. C’est la raison pour laquelle les entreprises investissent massivement dans le digital et les outils d’automatisation ou de robotisation. Par conséquent, le développement des technologies devrait augmenter de plus de 50 % en 2030 et créer entre 20 et 50 millions d’emplois.2

Si nous considérons ce changement comme une opportunité et non comme un problème, c’est un tremplin vers une société nouvelle qui exigera que les travailleurs (environ 35 millions) s’adaptent et renforcent leurs compétences.

… mais modifie les référentiels de compétences existants.

Aujourd’hui, occuper le même poste tout au long d’une carrière n’est plus envisageable. Nous devons nous préparer à exercer différents métiers durant notre vie professionnelle.

D’après le Forum Économique Mondial 2018, de nouvelles professions vont émerger nécessitant des compétences améliorées et nouvelles.

En complément, le rapport de McKinsey2 affirme que «  même lorsque certaines tâches sont automatisées, l’activité ainsi que l’emploi ne peuvent pas baisser. Cependant les collaborateurs doivent s’acquitter de nouvelles tâches.  ».

Afin de faire face à cette évolution et anticiper les besoins, les institutions françaises ont notamment réformé les conditions d’accès et de financement à la formation en initiant le Compte Personnel de Formation (CPF).

 Comment préparer l’avenir et faire face à la robotisation ?

L’une des clés pour se préparer à ces bouleversements consiste à développer les soft skills des collaborateurs et notamment leur permettre de  :

  • s’adapter à tout environnement de travail,
  • être prêt aux changements constants,
  • être ouvert à diverses attentes.

Le développement de ces compétences comportementales peut s’appuyer sur différentes modalités pédagogiques  : formations présentielles, digital learning ou blended learning.

Cependant, l’implication de l’apprenant détermine sa capacité à développer de nouvelles compétences et à se former progressivement et quotidiennement. L’engagement est donc un levier essentiel pour la réussite des formations aux soft skills. Le parcours pédagogique doit y contribuer en s’adaptant aux attentes, au rythme et aux connaissances de la personne formée.

Le digital learning pour former aux soft skills

Dans cette optique, le digital learning offre de nombreuses opportunités que ce soit pour prendre conscience des compétences comportementales à acquérir, s’approprier les notions théoriques puis les mettre en pratique.

En concevant des parcours de formation digitaux avec une pluralité de contenu intégrant des quiz, des vidéos, des jeux… l’apprenant vit une expérience d’apprentissage inédite et engageante. Il est en mesure de s’auto-évaluer et de mesurer les progrès réalisés tout au long de son parcours de formation.

En s’appuyant sur une approche adaptive learning, l’acquisition des compétences transverses peut s’envisager tout au long de la trajectoire professionnelle de l’apprenant et lui permettre de travailler sur ses propres axes de progrès  :

  • améliorer ses capacités à apprendre rapidement,
  • construire une base de compétences digitales en lien avec sa profession,
  • développer ses aptitudes à la communication…

Les développements et avancées technologiques que nous connaissons aujourd’hui annoncent bien d’autres bouleversements, en particulier dans le monde du travail. L’obsolescence des compétences et l’émergence de métiers nouveaux exigent de développer dès aujourd’hui des compétences comportementales qui favoriseront les changements de métiers, les reconversions, ou les montées en compétences continues des collaborateurs.

Le digital learning constitue une réponse pertinente et efficace pour permettre aux collaborateurs de développer leurs soft skills en continu.

Bref, ça s’annonce passionnant !

1 The Future of Employment : How susceptible are jobs to computerisation ? – Oxford

2 Jobs lost, jobs gained : Workforce transitions in a time of automation – McKinsey Global Institute’s – 2017